C'est qui ton concurrent le plus redoutable ?

C’est qui ton concurrent le plus redoutable ?

Ton concurrent le plus redoutable est là où tu ne l’attends pas, il te suit tous les jours, il te traque, il ne te lâche pas d’un pouce, il te consomme ton énergie sans que tu ne t’en rendes compte !

Mais, c’est qui ce concurrent ? C’est qui ton concurrent le plus redoutable ?

Assez souvent on se vante d’être multi-tâches, soi-disant que si on est multi-tâches, cela veut dire qu’on est plus performant, qu’on est plus intelligent, qu’on est « multi-processeur », qu’on peut réfléchir et gérer plusieurs choses en même temps et donc avancer plus rapidement et gagner du temps.
Est-ce que c’est vrai ? Pas vraiment, car il y a une étude fascinante qui a démontré le contraire.
Avant de découvrir cette étude, laisse-moi t’expliquer ça.
Pour illustrer le comportement typique d’une personne multi-tâches, imagine que tu as alloué une heure de ton temps pour travailler sur le projet A.
En plein milieu, ton téléphone sonne : un collègue te demande de lui répondre rapidement à un e-mail urgent. Alors tu ouvres ta boite de réception, tu réponds à son e-mail, et par la même occasion, tu te dis : « mmmh… je devrais peut-être jeter un coup d’oeil pour voir s’i y a un mail urgent à traiter« .
Alors tu parcoures tes e-mails, et au passage, tu cliques sur un lien qu’un fournisseur t’a envoyé.
Tu navigues de page en page, et tu te retrouves en train de regarder une vidéo sur Youtube qui présente le nouveau produit de ton fournisseur.
En bon gestionnaire de ton temps, tu profites le temps que cette vidéo se charge pour ouvrir  une autre fenêtre pour voir ce qui se passe sur Facebook. Tu trouves alors une nouvelle d’un ami qui vient d’avoir un enfant, comme c’est mignon !
Alors tu commentes et envoie plein de coeurs et de Likes.
Ensuite, en véritable professionnel, tu vérifies ce qu’il se passe sur Linkedin, et tu trouves un post d’un client important qui annonce sa nomination à la tête du Conseil d’Administration de son Groupe. Alors tu lui écris un message de félicitations directement sur son profil, tu es créatif, tu ne cliques pas sur le bouton que te propose automatiquement Linkedin « Congrats for your new job! », en faisant bien-sûr attention à ne pas faire de fautes d’orthographe ou de conjugaison et de sortes à ce que ton commentaire soit perçu comme le plus intelligent, le plus intéressant et même, le plus long de les autres posts, qui sont rédigés par tes concurrents (tu fais d’une pierre deux coups, pas mal !). C’est normal, c’est un client très important.
Tu te rappelles alors la vidéo qui est en cours de lecture sur l’autre fenêtre de ton navigateur, tu cliques alors rapidement pour la mettre en pause et la regarder plus tard car tu te rappelles que tu es en train de travailler sur ton projet. Faut bien avancer sur ce projet !
Bien sûr, on peut aller encore plus loin avec d’autres distractions, c’est juste un exemple, et je suis vraiment conservateur en ce qui concerne le nombre de distractions que tu peux rencontrer pendant une heure de ton temps : Facebook, Instagram, Twitter, LinkedIn, SMS, téléphone, notifications sur ton smartphone, flash info, messagerie instantanée, e-mails, messagerie vocale, ton compte bancaire, bourse, etc etc.
Ce que l’on vient de voir, ça s’appelle le Context Switching, c’est la perte de temps causée par le multi-tâches ou le fait de switcher ton attention d’une activité à une autre, puis d’y revenir. Ce phénomène intervient parce que ton cerveau doit s’ajuster et s’adapter entre ce où tu en étais, et ce que tu es en train de faire, et tu ne le sais peut-être pas, mais cela te coûte beaucoup, beaucoup d’argent.
Il y a une étude faite par Gerald Weinberg (parue dans son livre Quality Software Management: Systems Thinking), un scientifique qui vient du monde du software, et qui a démontré que le temps perdu dans le Context Switching, c’est à dire le fait de se ballader entre plusieurs projets ou de changer ton focus entre plusieurs activités, est estimé à 20% de ton temps.
Alors si tu travailles sur un seul projet, tu as 100% de ton temps qui sont affectés sur ce projet, ça, y a pas photo, c’est élémentaire.
Mais, si tu travailles sur 2 projets, logiquement tu devrais avoir 50% de ton temps sur chacun des projets : 100% divisés par 2 ça fait 50%, mais réellement, tu n’as pas 50%, tu n’as que 40% de ton temps sur chaque projet, car tu perds 20% de ton temps au profit du Context Switching, lorsque tu alterne ton attention et ton focus du projet A au projet B, et ensuite du projet B vers le projet A.
Context Switching : c’est le temps nécessaire à ton cerveau pour se recalibrer et replonger dans le projet ou l’activité sur laquelle tu veux te concentrer à nouveau après t’être focalisé sur un autre projet ou une autre activité.
Si tu travailles maintenant sur 3 projets simultanément, le temps qui sera effectivement alloué à chaque projet n’est pas de 33%, mais de 20%, et en contrepartie, tu perds 40% dans le context switching, et c’est là que ça commence à devenir dramatique !
Maintenant, si tu travailles sur 4 projets en simultané, tu auras 10% de temps effectif sur chaque projet, et 60% de pertes dans le context switching, le temps nécessaire à ton cerveau pour se recalibrer d’un projet à un autre.
Et si tu travailles sur 5 projets, ce sera alors 4% de ton temps sur chaque projet, et 80% de ton temps perdus dans le context switching.
Si on traduit ça en heures, cela veut dire que sur une journée de 8 heures, si tu es sur 5 projets simultanément, tu n’auras que 32 minutes réellement par projet, et le reste, c’est perdu à jamais, c’est près de 6 heures et demi perdus dans le Context Switching.
Je te laisse faire l’exercice de traduire ça en argent, ou en manque à gagner pour ton business.
Si tu es entrepreneurs et que ton entreprise développe des applications web, si tu switches entre suivre l’avancement de ton équipe technique qui est en train de mettre à jour le site web d’un client, la finalisation d’une présentation pour un prospect la semaine prochaine, l’élaboration de ton dossier de participation à un appel d’offres qui doit partir dans 2 jours, la réponse à tes e-mails et la relance téléphonique de tes prospects chauds, tu perdra 80% de ton temps dans le context switching, et ce temps, il sera perdu à jamais.
Alors, tu veux savoir comment augmenter ta productivité ?
La solution est toute simple : arrête de te prendre pour Superman ou Superwoman, tu ne dois plus faire du multi-tâches, si tu dois te concentrer sur un projet, eh bien concentre-toi VRAIMENT sur ce projet, et coupe toutes les distractions : mets ton téléphone en mode silencieux et surtout ne regarde pas l’écran, coupe les notifications sur ton ordinateur, ferme les fenêtres inutiles de ton navigateur (réseaux sociaux, radios en ligne, vidéos, etc.) et ferme les applications non nécessaires si tu dois travailler sur ton ordinateurs. Par exemple, si tu dois finaliser ta présentation, ne laisse que ton logiciel de présentation Powerpoint ou Keynote ou Prezi et c’est tout, pas la peine d’avoir Skype ou ton lecteur MP3 ouvert.
Voilà, j’espère que maintenant tu ne te vanteras plus d’être multi-tâches et que tu arriveras à mettre en pratique les conseils que je viens de te donner, car en faisant du multi-tâches, en répondant instantanément à tes e-mails ou aux appels entrants, le vrai perdant, ce sera toi.
Tu auras toujours le temps de répondre à tes e-mails, de rappeler les personnes qui t’on appelé, et dis-toi une chose : s’il y a VRAIMENT un truc urgent, on te le fera savoir, donc ne t’inquiète pas si tu ne réponds pas instantanément à tes appels entrants, on dira peut-être que tu n’es pas réactif, mais au-moins, tu seras plus productifs et tu ne donneras plus à manger au Context Switching.
Écris-moi dans les commentaires si tu as trouvé qu’appliquer ces conseils simples t’ont permis d’avancer plus rapidement dans tes projets ou pas, je suis curieux d’avoir ton feed-back 😉
Tahar Abid

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.